Minembwe, Les autorités des confessions religieuses lancent un SOS

0
51

MINEMBWE, (16-Oct-2019): – Les autorités des confessions religieuses lancent un SOS pour la situation Sécuritaire de Minembwe.

Une dizaine des autorités des différentes confessions religieuses de haut plateau lancent un cris d’alarme pour la situation sécuritaire dans leur milieu.

Ces responsables religieux adressent une lettre à la représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies en RDC ce mercredi 16/10/2019 avec comme concerne cris d’alarme.

Dans cette lettre rendue publique ce mercredi et dont une copie est réservée à la rédaction d’Imurenge.com, ces hommes de Dieu appellent l’autorité Onusienne en RDC de leurs venir en aide parce qu’ils n’ont plus confiance au Gouvernement Congolais.

Du fait que la communauté Banyamulenge a déjà lancé à maintes reprises des cris pour solliciter l’aide du Gouvernement mais en vain, ces responsables pensent qu’ils y a un programme d’exterminer la communauté Banyamulenge renchérissent ces autorités religieuses de haut plateau.

Selon toujour cette lettre ces responsables religieux demandent une aide en vivres et médicale d’autant plus que tout les déplacés venus des différents villages de banyamulenge sont tous à Minembwe sans aucune intervention humanitaire.

Depuis février cette année des attaques ciblées qui visent les villages de la communauté Banyamulenge ont été menées par les éléments mai mai en coalition avec les rebelles burundais. Des milliers des vaches sont emportées et des centaines des villages incendiés.

La situation sécuritaire pour ce mercredi est un peu calme renseignent les sources de Minembwe. Le porte parole des FARDC dans l’opération Sokola II sud de la province du sud-kivu, a annoncé que les FARDC ont des difficultés de maîtriser toute la situation de Minembwe Parce qu’ elles font face aux enfants de ce milieu qui maîtrisent la zone plus que l’armée nationale.

Capitaine Dieudonné KASEREKA l’avant midi de ce mercredi, dit que l’armée est prêt à combattre toute personne qui détienne l’arme à feu d’une manière illégale. Cette autorité militaire précise que l’armée est entrain de mettre ensemble toutes les stratégies et moyens possibles pour mettre fin aux attaques des ces mai mai qu’il appelle des groupuscules qui ne peuvent pas prendre minembwe.

Hier soir les éléments mai mai ont passés la nuit à l’institut ESANO à un kilomètre del’EVOMI la où était l’armée nationale dans la même nuit.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here