Fizi: La synergie des associations de transporteurs (SYAT) se réjouit de la suspension de la taxe TPI par l’assemblée provinciale

0
87

FIZI, SUD-KIV:- La suspension de la taxe du TPI infrastructures et et travaux publics sur péage ponts et routes d’intérêt provincial est le résultat des plaidoyers de la synergie des associations de transporteurs au près des autorités nationales et provinciales.

Selon Mkundji Elisha, coordonnateur provincial de la dite synergie, il fait des années que les transports ont dénoncé cette taxe perçue illégalement dans le territoire de FIZI. Il met en garde les agents du service d’infrastructures et travaux publics affectés dans des barrières qui oseront encore percevoir cette taxe déjà suspendue par l’assemblée provinciale.

Nous sommes très contents de voir les plaidoyers que nous avons mené depuis des années viennent d’être répondus favorablement par notre assemblée provinciale qui a jugé cette taxe illégale comme nous l’avons constaté il y a des années. Sur toute l’étendue de la province du sud-kivu cette taxe n’ était que perçue en territoire de FIZI aussi dans la route nationale numéro 5 et ceux de désertes agricoles alors c’est une taxe de péage ponts et routes d’intérêt provincial,pour dire que cette dernière avait perdu sons sens.

A lui de poursuivre ;
Une taxe est contraire d’un impôt, la taxe doit toujours avoir une contrepartie qui est visible aux contribuables, donc en payant une taxe,nous devons savoir en quoi ce que cette dernière nous est importante. Cette taxe est perçue en territoire de FIZI mais nous n’avons jamais vu même un mettre de route réhabilitée par TPI. Tous mettons en garde les agents  affectés dans les différentes barrières qui peuvent se donner a percevoir cette taxe déjà suspendue, a-t-il martelé. 

Pour rappel,cette taxe des infrastructures et travaux publics sur péage ponts et routes d’intérêt provincial était perçue à huit barrières en territoire de FIZI où chaque véhicule était obligé de payer une somme de soixante mille francs congolais par jour tandis qu’une moto payait deux mille francs congolais.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here