SUD-KIVU:L’ONG PPI écrit au gouvernement de la RDC, d’exiger au ministre Daniel Aselo à retirer sa décision suspendant toute manifestation au Sud-Kivu

0
7

SUD-KIVU, RDC: L’ONG partenariat pour la protection intégrée vient de saisir le gouvernement de la RDC pour demander au vice premier ministre et ministre de l’intérieur Daniel Aselo à retirer sa décision suspendant toute manifestation au Sud-Kivu. Cette organisation de défense de droits humains appelle également le premier ministre à demander Mr Daniel Aselo à revenir à sa lettre suspendant la tenue des plénières à l’assemblée provinciale du sud-Kivu.

Dans sa lettre ouverte signée par son directeur exécutif Me Pascal Mupenda et adressée au premier ministre chef du gouvernement de la République démocratique du Congo, indique que cette décision du vice premier ministre et ministre de l’intérieur viol la constitution et la loi de 2015 sur les manifestations publiques en RDC.

« Suspendre aujourd’hui  les manifestations publiques au Sud-Kivu est une dérive autoritaire de haute facture et une violation grave de l’article 26 de la constitution de 2006 tel que modifié et complété en 2011, mais également un sacrilège à la loi de 2015 sur les manifestations publiques en république démocratique du Congo »dit PPI dans cette lettre parvenue à Kivutimes ce 04 mars 2022.

PPI indique qu’aucune raison ne justifie aujourd’hui cette décision prise par le ministre de l’intérieur pour suspendre les manifestations publiques au Sud-Kivu et moins encore les activités à l’assemblée provinciale.

« Une chose est sure, PPI regrette que celui-ci (Daniel Aselo) cherche à vous faire croire que non seulement la situation sécuritaire pose problème en province, mais également il y a crise persistante entre le gouvernement provincial et l’assemblée provinciale. Conséquence logique, il veut obtenir de vous la proposition au chef de l’Etat de décréter  un état de siège au Sud-Kivu, et/ou dissoudre l’assemblée provinciale. or, des enquêtes faites sur terrain et analyses des lois à ce sujet, aucun indice n’est réuni pour arriver là ; ce serait la pire de décisions, si jamais elle serait prise, encore à la veille du processus électoral 2023 au pays de Patrice Emery Lumumba »peut-on lire

Suite à cette situation, PPI invite au vice premier ministre et ministre de l’intérieur d’éviter de créer le chao au sein des provinces et au Sud-Kivu en particulier et vouloir jouer au sapeur-pompier car le peuple souffre énormément de son ingérence dans les attributions des provinces, suite à ses lettres et ses télégrammes incessants rappelant à tout moment les autorités à Kinshasa, juste dans l’objet de déstabiliser les institutions provinciales.

PPI sollicite aux organisations de défense de droits humains de la RDC et la société civile en général de se lever comme un seul homme pour dire non à cette dictature au cas où son plaidoyer ne trouve pas une solution.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here