Uvira: Des nouveaux affrontements entre l’armée burundaise et les rebelles Red Tabara dans plusieurs villages de la chefferie de Bafuliiru.

0
26

UVIRA, SUD-KIVU:-  Dans plusieurs villages de la chefferie de Bafuliiru, ce Lundi 24 Janvier 2022 on parle des attaques entre l’armée Burundise et les rebelles burundais Red Tabara.

Selon une source sur place ces affrontements ont commencé la matinée de ce lundi dans les villages Rubuga, Rudefwe, Naluhinga et les environs du village Masango.

Une autre source depuis les hauts plateaux d’Uvira ajoute que les habitants de ces villages se sont déplacés vers les forets se trouvant à la limite du territoire d’Uvira et Mwenga.

Jusqu’aujourd’hui, l’armée congolaise garde son silence par rapport à l’entrée de l’armée Burundaise sur le sol congolais. Des acteurs de la société civile  demandent au Gouvernement Congolais de montrer sa position par rapport à l’entrée des troupes burundaises sur le sol Congolais.

Concernant ce sujet, le député national élu d’Uvira, Claude Misare a adressé  en ce mois de Janvier 2022 au ministre de la défense et anciens combattants une question orale avec débat lui demandant de s’expliquer par rapport à l’entrée de ces troupes burundaises au Sud-Kivu.

L’insécurité au sud du Sud-Kivu présente plusieurs faces. Dans les dernières attaques sur la ville d’Uvira, l’ancien porte parole des FARDC dans le secteur opérationnel Sokola II, au sud du Sud-Kivu avait précisé dans son communiqué que les auteurs de ces attaques étaient des groupes armés Mai Mai Makanaki en coalition avec le FNL, une rébellion burundaise. Ces attaques ont couté la vie des trois militaires FARDC dont deux officier un major et un Capitaine.

Cela fait près de 5 ans que le conflit a éclaté dans le sud de la province du Sud-Kivu ; de nombreuses pertes en vies humaines enregistrées, des villages ont été incendiés et des vaches pillées. Les politiciens ont des opinions différentes sur les causes de cette guerre, certains ne cessent de la décrire comme une guerre pour se donner le pouvoir de contrôler la terre, et d’autres disent que c’est une guerre pour chasser la communauté Banyamulenge dans le pays. Les milices internes ont collaboré avec des rebelles étrangers, au point que beaucoup craignent une guerre régionale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here