Uvira: Non aux discours de haine disent les notables et acteurs de paix de la région

0
224

UVIRA, SUD-KIVU:- Les maisons d’édition dans la plaine de la Ruzizi en territoire d’Uvira au Sud-Kivu doivent cesser avec la culture de jouer les chansons qui véhicules les messages de haine dans cette partie de la RDC. Ce dernier temps, ces maisons diffusent ces chansons appelant à la violence et stigmatisant certaines personnes suite à leur appartenance tribalo-ethnique.

Propos donnés par les acteurs de paix et notables du Sud-Kivu, lors de leur échange avec les médias dans la plaine de la Ruzizi ce Mardi 12 Juillet 2022. Monsieur GUMA GUMA Kahimbi point local du groupe Jérémie dans la zone, demande aux responsables des maisons d’édition dans la plaine de la Ruzizi d’interdire à leurs agents de balancer des chansons qui contiennent les messages qui appellent au tribalisme, à la xénophobie et à la haine ethnique.

Celui-ci lance un appel vibrant vaux autorités de la place de s’impliquer d’une manière active pour stopper cette pratique qui envenime la situation de la crise qui est à l’Est de la République Démocratique du Congo et dans la région de grand Lacs en général.
De côté le député honoraire Muhivwa Ngwebo Godefroy, condamne l’utilisation abusive des réseaux sociaux, par les personnes mal intentionnées. Selon lui, personne n’a choisi de naître dans telle ou telle communauté et c’est pourquoi les gens doivent s’accepter et se considérer comme des frères. Dans le cas contraire la guerre tribale ne nous avantage en rien.

Ce notable du Sud-Kivu informe à ces personnes qui se donnent le courage de concevoir les messages de haine qu’un jour la justice va s’occuper d’elles et elles seront arrêtées pour répondre à leurs actes. Il profite cette occasion pour demander à tout un chacun de multiplier les efforts pour mettre fin à la culture de la propagation de messages de haine.

Signalons, cet appel tombe au moment où la région du grand lac en général et à l’Est de la RDC en particulier sont ravagées par les conflits ethniques exacerbés par les nouveaux affrontements entre les FARDC et les rebelles du M23 dans plusieurs villages de la province du Nord-Kivu. Des messages de haine qualifiant certaines communauté des étrangers ont inondé les réseaux sociaux et certaines personnes ont subi des actes de violence dans plusieurs zones de la RDC.

Les autorités congolaises à plusieurs niveaux se sont levées et dire non à cette pratique qui fragilise la cohésion sociale. Des organisations qui militent pour la paix et la cohésion sociale tentent de mener des campagnes de paix pour réduire la vitesse de la haine propagée à travers les réseaux sociaux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here