A Baraka le Maire de la ville met en garde les  auteurs des manifestations illégales

0
30

BARAKA,SUD-KIVU- Au cours d’un point de presse qu’il a tenu ce mardi 22 janvier dans son office à Baraka, le Maire de la ville de Baraka, monsieur Jacques MMBUCWA HUSSEIN a mis en garde les personnes qui se sont données  à troubler l’ordre public au nom de la plateforme politique, LAMUKA le 17 janvier dernier, en incitant certaines communautés à chasser les autres.

Le Maire dit ne pas reconnaître ce mouvement  ” d’un groupuscule des personnes, qui ce lundi 20 janvier, ont déposé à la Mairie une lettre d’information sur la tenue de leur manifestation qu’ils avaient déjà effectué le vendredi 17 janvier “.

L’autorité urbaine considère cette correspondance comme un tract d’un groupe des personnes non tellement connues et appelle la population de sa juridiction d’être vigilante face aux personnes qui veulent inciter d’autres à des violences communautaires, car considère-t-il, depuis un moment donné la ville de Baraka reste un lieu où la paix se fait sentir dans la partie sud-Sud-Kivu.

Le Maire condamne également des fausses informations livrées par certaines personnes et organisations non gouvernementales à travers différents canaux de communication, selon lesquelles il fait parti de gens qui ne veulent pas la présence des membres de la communauté Banyamulenge en ville de Baraka. Il a dit qu’il s’agit là ” des personnes qui font outrage à l’autorité et veulent récupérer pour leur actif, une situation qui n’existe pas”.

Écoutons l’intégralité des propos du Maire de la ville de Baraka, monsieur Jacques MMBUCWA HUSSEIN au micro de MPC.

Des informations à notre possession disent, certains organisateurs de cette manifestation seraient aux arrêts, nos sources précisent que ces gens seraient arrêtés quelques jours après la tenue de leur manifestion, où ils ont tenu des discours haineux appelant à la chasse de Banyamulenge.

Ces discours haineux s’observent à Baraka, après ce lui du député provincial du Sud-Kivu Hommer Bulakani qui avait, en décembre dernier tenu  un meeting à Baraka où il a lancé un appel aux autres communautés de cette contrée de procéder à la chasse des Banyamulenges.

Des autorités de Baraka et les acteurs de la société civile ont pris le premier pas pour  stabiliser les communautés et dire non à ce genre des discours.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here