Affaire 100 jours : Le groupe d’universitaire du Sud-Kivu pense que le procès Kamerhe risque d’amener le pays à la Balkanisation.

0
18

BUKAVU, SUD-KIVU : Dans une réflexion présentée à la presse  ce Mercredi 17 Juin 2020, une structure dénommée groupe d’universitaire du Sud-Kivu pense que le procès auquel comparait  kamerhe emporte avec lui le germe de la balkanisation de la RDC, de la radicalisation et de tribalisme.

Ce groupe compare ce procès de cent jours du chef de l’Etat dans lequel est accusé l’honorable Vital Kamerhe a celui du capitaine Alfred Dreyfus de la France qui avait divisé la France pendant 12 ans.

Suivant le déroulement de ce procès, ce groupe d’universitaire du Sud-Kivu pense que Vital Kamerhe pourrait être condamné non pas dans son implication avérée dans le détournement mais par ce qu’une certaine élite a besoin d’un coupable.

L’un de ce groupe d’universitaires, le professeur Emery Mudinga indique que ce procès érige déjà des conséquences.

Ce groupe d’universitaire du Sud-Kivu propose par ailleurs dans leur réflexion des pistes de solution notamment la libération provisoire de tous les prévenus dans cette affaire de 100 jours du chef de l’Etat.

Le groupe d’universitaire du Sud-Kivu, croit que les actions posées en toutes neutralités et tout respect de la souveraineté nationale peuvent être à la longue létale pour le pays. Il justifie cela le fait que si l’on considère la situation sécuritaire à l’Est, qui peut s’avérer à la longue explosive pour la sous-région  et surcharger encore une fois les consciences internationales et Transnationales qui admettraient qu’elles étaient témoins de la dégradation progressive de la situation alors que les jalons pour l’application du principe d’ingérence était solidement posé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here