Une femme âgée de 75 ans violée par les éléments Mai Mai

1
40

Fizi-Sud Kivu, 17-10-2019:- Une femme âgée de 75 ans, résidente de Rugezi, a été violée jeudi de la semaine passée17/10/2019, alors qu’elle voulait sauver sa vie en se dirigeant vers les positions des militaires, FARDC.

Rugezi est une localités située entre 20 et 25Km du siège du territoire de Fizi, cette localité avait été assiégée par les éléments Maimai et leurs alliés pendant deux semaines.

Habité principalement par le Bafuliru et Banyamulenge, Rugezi avait connu une accalmie depuis les attaques qu’a connu Minembwe à la suite de l’entente de cohabitation entre communautés voisines.

Par la force des armes, les Maimai avaient encerclé la communauté Banyamulenge pendant deux semaines alors que plus de 4 villages avaient été brûlés et tous les bétails emportés. La situation avait causé un sentiment de peur et tout le monde fuyait par plusieurs directions avant que la population de Rugezi soit escortée par les FARDC vers Minembwe centre.

C’est alors que cette maman qui voulait se sauver, en fuyant les attaques de ces mêmes rebelles est tombée dans les mains de ses violeurs.

Selon les informations recueillies auprès de la victime, elle est tombée dans une embuscade de Mai Mai en se dirigeant vers Minembwe Centre lors de cette débandade.

Elle parle des trois hommes MaiMai qui l’ont violé sans craindre aucune intervention. A la fin de cet acte ignoble, ces bourreaux sont partis sans aucune inquiétude, en laissant la femme dans un état très critique.

C’est après plusieurs heures que d’autres personnes qui fuyaient les mêmes attaques l’ont rencontré sur le lieu du drame. Ils ont décidé de soutenir et acheminer la victime à l’hôpital général de référence de Minembwe pour bénéficier des soins de santé.

Dans son témoignage la victime précise qu’elle a été torturée par les Mai Mai après avoir pillé touts les biens qu’elle avait.

Ce cas de viol est confirmé par le médecin qui a suivi de prêt cette femme, lors de son entretien avec notre correspondant sur place.

Ce cas est l’un des actes de violation des droits de l’homme commis par des rebelles dans le haut plateau de Minembwe. De sources sur place croient que d’autres cas de viols auraient eu lieu et que les victimes ont peur de la stigmatisation qui accompagnerait cette information si une fois publiquement dénoncée.

Malgré les multiples déploiements des éléments FARDC et des casques bleus dans cette zone, la question de la sécurité de la population et de leurs biens reste à désirer.

Minembwe centre compte pour le moment plus 71.000 de déplacés en majorité de la communauté Banyamulenge. Il est à souligner que d’autres familles fuient le pays en passant par Uvira, une ville frontalière du Burundi.

Depuis Avril 2017, on compte des centaines des personnes qui ont perdues leurs vies, plus de 35000 vaches emportées par les Mai Mai ; et on note plus de deux cents villages incendiés par les assaillants.

Pour certaines autorités politico-administratives, ce qui se passent dans le haut plateau de Minembwe est une guerre inter-ethnique, alors que les autres présentent des preuves qui indiqueraient qu’il s’agit d’un génocide perpétré contre la minorité Banyamulenge.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here