UVIRA: L’organisation Save the Children facilite l’atelier de présentation des résultats des recherches menées sur la qualité des environnements d’apprentissage et l’éducation dans le contexte de cires auprès des écoles bénéficiaires du projet BRICE en territoires d’Uvira et Fizi.

0
5

UVIRA, SUD-KIVU: – Les autorités du ministère de l’enseignement primaire, secondaire et technique de la province éducationnelle du Sud Kivu II, les représentants des enseignants et ceux des comités de parents d’élèves des écoles bénéficiaires du projet BRICE sont informés sur les résultats de la recherche menée dans leurs territoires sur le projet « Renforcement de la qualité de l’environnement d’apprentissage et du système éducatif en RDC et au Niger ».

Ces recherches ont été menées par l’Institut des Etudes de Développement (IDS) basé à Londres, en partenariat avec  l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Bukavu et l’organisation internationale Save the Children dans les différentes écoles des localités de territoires d’Uvira et Fizi avec l’appui financier de l’Union Européenne.  Il a été question durant quatre ans pour ces institutions, fait savoir le professeur Patrick Mzee SOMORA Directeur général de l’ISP-Bukavu, de découvrir les raisons de la baisse du niveau de la qualité de l’enseignement dans cette région confrontée à plusieurs conflits, en vue de présenter des perspectives et envisager des solutions. La vie sociale et économique menée par les enseignants ne leur permet pas de rendre un service de qualité aux enfants.

Sur le terrain, il fallait d’abord s’enquérir d’abord de l’environnement de l’enseignant. Les parents et les enseignants ont été entendus. Nous avons vu qu’il y a en réalité des problèmes dans l’enseignement sur lequel l’Etat et d’autres acteurs de développement devrait agir pour que la situation cesse de se dégrader. En termes de social et de l’environnement de l’enseignant, il y a de sérieux problèmes.  Des enseignants, sans ou avec un salaire insuffisant sont confronté à l’insécurité du milieu et ne peuvent plus atteindre leurs champs pour subvenir aux besoins de leurs familles.  Ceci contribue à la baisse de la qualité de l’enseignement », indique le professeur Patrick Mzee SOMORA.

De son côté, le Professeur Gauthier Marchais chercheur à Institute for Dévelopment Studies IDS de Londres signale que les évaluations sur les interventions de Save the Children dans la région sont positives. Comme les punitions corporelles sur les enfants ne sont plus rapportées dans les écoles. Toute fois selon lui, il est important de renforcer les capacités des enseignants et leur préparation à des questions liées à l’éducation sensible aux conflits.

Pour nous de la composante recherche, l’idée était de comprendre les conditions dans lesquelles les enseignants travaillent et dans lesquelles les élèves apprennent dans les territoires d’Uvira et Fizi marqués par des conflits armés et de pouvoir documenter ces conditions extrêmement difficiles et de façon dont les conflits armés peuvent pénétrer dans la vie scolaire et ensuite qu’est -cequi peut être fait vis-à-vis de ça, en plaçant au centre de notre étude et notre approche les enseignants eux-mêmes , fait savoir le professeur Gauthier Marché.

Signalons que ces organisations ont présenté les résultats de cette recherche à plus de cinquante acteurs de l’enseignement primaire, secondaire et technique des sous division de l’EPST Uvira 1,2 et 3, Fizi 2 et 3 dans un atelier organisé par l’ONG Save the Children à l’Hotel Bahari Beach à Kilomoni. Parmi eux, des sous- proved, des inspecteurs, des enseignants et des présidents des comités de parents d’élèves.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here