BUKAVU : Des autorités appelées à mettre en place des stratégies pour une bonne gestion et traitement de la boue fécale

0
123

BUKAVU,SUD-KIVU :L’asbl Cordon des Femmes Congolaises pour l’Equilibre des Ménages Genre en Action CFCEM/GA en sigle, demande aux autorités de trouver des mécanismes pour une bonne gestion et le traitement de la boue fécale, en vue d’éviter la pollution de l’environnement  mais aussi de prévenir la population de différentes maladie.

Cet appel a été formulé dans un atelier de restitution que la coordonnatrice de l’asbl CFCEM  a organisé dans la ville de Bukavu ce lundi 03 juillet 2023, sur la collecte, le traitement et l’utilisation de la boue fécale.

Cet échange a tourné sur la problématique de gestion des matières fécales qui coulent à ciel ouvert dans différents caniveaux d’évacuation d’eau dans la ville de Bukavu.

Après avoir partagé des connaissances avec certains experts de l’inde, de la Tanzanie,… dans une mission de service pour se rendre compte de la gestion des matières fécales dans ces pays, Mme Astride MUJINGA a indiqué qu’il est possible de transformer cette boue fécale en engrain bio dégradable pour la fertilisation du sol et bien d’autres.

Astride MUJINGA a dit que cette boue fécale non traité au Sud-Kivu, sert à beaucoup de choses.

« Elle est d’abord collectée, traitée et recyclée alors elle peut produire  du compost. Ce  compost-là ca fertilise le champ et ça produit des légumes  et d’autres fruits etc. On peut encore y soutirer de l’eau. Cette eau-là peut aussi fertiliser le champ par ce qu’il y a certaines villes ou certaines régions en aide là-bas pour trouver de l’eau c’est un problème. Alors on ré utilise de l’eau qui a été extrait de la boue fécale pour fertiliser les champs » indique Astrid Mujinga

Notre source a fait savoir que cette expérience peut être dupliquée en RDC comme le fait déjà sa structure qui venait de réhabiliter les toilettes du Marché de Nyawera en commune d’Ibanda.

La coordonnatrice de CFCEM/GA pense qu’il est important que les décideurs s’impliquent dans cette vision là pour assainir la ville.

« Nous avions invités les décideurs de la ville pour leur parler de cette vision qu’elles peuvent dupliquer ici pour assainir la ville. Egalement nous avions invité les responsables des organisations internationales car ces organisations peuvent faire un plaidoyer ailleurs après des bailleurs de fonds qui peuvent financer ces travaux ici. Et nous voulons justement que notre gouvernement ne puisse pas continuer à compter sur les donateurs, sur les bailleurs de fonds mais qu’il y ait quand même un service de suivi pour voir comment tous que nous sommes en train de récolter à gauche à droit puisse être appliqué ici et ça nous servira à assainir la ville et faire en sorte que les lacs ne soient pas pollués et servir pour la production du champ »indique Astrid Mujinga

Cette rencontre a été organisée par le CFCEM/GA sous l’appui financier OUERDUE, UCL (université collège de Londres) et s’est tenue dans la salle de l’ISECOF en face de la mairie de Bukavu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here