MINEMBWE: Un officier de la police et un agent de la police judiciaire enlevés à kabingo

0
193

MINEMBWE, FIZI:- Un officier de la police du grade de major et un agent de la police judiciaire ont été enlevés ce lundi, le 01 Aout 2022, à Kabingo, une localité située à 5 km de Minembwe centre dans le territoire de Fizi au Sud-Kivu.
Selon l’armée, cet enlèvement est attribué aux miliciens Twirwaneho-Makanika pour avoir refusé de leur donner des enfants à la formation militaire de ces miliciens qui se fait dans la forêt de Bijabo.

L’armée à travers son porte-parole à Minembwe, lieutenant Meya Jérémie, exige leur libération sans condition avant toute réaction.

“Nous signalons les enlèvements des certains parents au niveau de la localité de Kabingo dont un commandant de la police du grade du major, monsieur Bizimana Emmanuel et un agent de la police judiciaire Biriro rubaruo. Ces derniers subissent des traitements inhumain pour la simple raison que leurs enfants son envoyé à hier pour ne pas faire partie du groupe Twigwaneheo-Makanika. Face à cette situation déplorable, l’armée en général et la 12eme brigade de la réaction rapide en particulier condamne avec la dernière force d’énergie et fermeté ces actes juges scandales et oblige la libération sans condition des otages avant qu’il ne leurs soit trop tard », Lt Meya Jérémie.
Lt Jérémie dit encore, l’armée attribue les assassinats ciblés des civils à Minembwe à ces miliciens Twigwaneho-Makanika; notamment l’assassinat de la dame NARUHOGAZI GENTILLE en date 13 juillet 2022, la mort de trois personnes en date 15 Juillet 2022 lors d’une attaque contre l’université Eben-ezer de Minembwe ou monsieur David Sebambe de la localité Kalingi 2 et monsieur Harerimana Karikofi de la localité Kajembwe ont réussi à assassiner trois paisibles citoyens pour la raison de leur intégrité.
Voici le communiqué intégral du Lt Meya Jérémie

Signalons, la présence des groupes armés de toutes tendances à Minembwe et ses environs est devenue une menace à la vie des populations de cette contrée. La population de Minembwe a accusé l’armée nationale d’être partiale à plusieurs reprises. Certains experts de nations unis ont taxé certains éléments des FARDC de collaborer avec le groupe armé Mai Mai dans leur plan d’éradiquer les Banyamulenge dans les hauts et moyens plateaux de Fizi, Mwenga, et Uvira.

L’insécurité dans cette partie de la province du sud-kivu est devenue une monnaie courante et les partis antagonistes renforcent leurs positions au quotidien.
Informations données par l’une de nos sources qui ne souhaite pas mentionner son nom pour des raisons de sécurité, captaine Rushaba, qui a fait défection dans l’armée en 2016, a été investi à la tête des miliciens Maï Maï dans les hauts et moyens plateaux d’Uvira, le 23 juillet 2022, entre Rudefu et Ruhuha, dans les moyens et hauts plateaux d’Uvira, devant une foule nombreuse.

Il prête serment de loyauté et fidélité au général autoproclamé Kashumba pour conduire ce milice.

Gnr Gashumba, Un des commandants rebelles du haut et moyen plateau d’ Uvira

Le Capt Rushaba remplace le général Mushombe, tué par ses compatriotes pour avoir nié toute collaboration avec Red Tabara, un groupe rebelle formé et soutenu par Kigali.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here