SUD-KIVU:L’ONU n’a jamais quitté un pays sans pression, l’archevêque Xavier Maroy Rusengo appelle la population à la vigilance

0
191

SUD-KIVU: L’archevêque de Bukavu Xavier Maroy Rusengo estime que la MONUSCO est allé loin en tirant sur des paisibles citoyens à Kasindi au Nord-Kivu. Ce dernier l’a dit ce mercredi 03 Aout lors d’une messe en mémoire de 36 congolais morts dans les échauffourées contre la Monusco au nord et Sud-Kivu.

Ce prélat catholique a dit dans son homélie que même la loi de talion qui  consiste en la réciprocité du crime et de la peine notamment œil pour œil,  dent pour dent de Moïse ne donne pas un tel privilège à une personne bien armée de tirer sur un civil non armé.

L’archevêque de Bukavu Xavier Maroy Rusengo a déploré le fait que la majorité de ceux-là  qui sont morts, étaient malheureusement des jeunes qui n’ont même pas plus de 22 ans que la MONUSCO viennent de passer en république démocratique du Congo.

Il appelle la population à la vigilance car les nations unies n’ont jamais quitté le pays sans pression.

« Nous devons être intelligeant, réclamer nos droits mais en respectant et en remplissant aussi nos devoirs des citoyens » a dit Xavier Maroy

Prenant part à cette messe, le président du bureau de coordination de la société du Sud-Kivu Mr Adrien Zawadi a dit qu’il est d’accord pour le départ de la Monusco qui plus de 22 ans n’a pas trouvé une solution à l’insécurité en RDC. Il demande à la population de laisser cette tâche de faire partir la MONUSCO au gouvernement congolais.

« Les citoyens ce sont déjà exprimés, nous nous sommes déjà exprimés de toutes les manières pour dire, nous voulons le départ de la MONUSCO mais il faut que notre gouvernement puisse s’en franchir pour ce faire »a dit à Kivutimes Adrien Zawadi.

Ce dernier demande à la communauté internationale d’exiger des sanctions claires contre les régimes de Kigali et de Kampala instigateurs directes de l’insécurité de l’Est depuis 28 ans.

Par ailleurs les activités ont tourné au ralentie dans l’avant à Bukavu suite à la ville et province mortes appelée par la société civile. Certains magasins, boutiques, banques et autres n’ont pas ouvert.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here